Page 1 sur 2 12 Dernière >>
Affichage des résultats 1 à 10 sur 11
  1. #1
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205

    [TOP SOFOOT] 8 - De Patrick Blondeau (425) à Glen Hoddle (361)

    Les 100 meilleurs joueurs du Championnat de France (ASM only) - groupe 8

    #425 - Patrick Blondeau
    #418 - John Sivebæk
    #413 - Bruno Bellone
    #410 - Pierre Pleimelding
    #404 - Rémy Vogel
    #401 - Radamel Falcao
    #383 - David Trezeguet
    #374 - Roger Milla
    #367 - Lilian Thuram
    #361 - Glen Hoddle

    #425 - Patrick Blondeau
    Monaco (1989-1997), Bordeaux (1998), Marseille (1998-2001)



    Coïncidence ou non, dès qu’il y a eu une bagarre générale lors d’un match d’une équipe française dans les années 1990, Patrick Blondeau n’était jamais très loin. La fameuse bagarre à Bologne avec l’OM ? Patoche est là pour mettre un coup de boule à un policier casqué. La bagarre entre l’OM et son ancien club de Monaco, avec qui il a remporté un titre de champion de France, lors de laquelle Marcelo Gallardo s’est fait agresser dans les couloirs ? Patoche est encore là pour mettre une gifle à Marco Simone. Un geste que l’attaquant italien n’a pas vraiment apprécié : «  J'ai décidé de porter plainte, car je ne suis pas le premier à qui arrive cette mésaventure, mais je souhaite être le dernier. » Il faut dire que le gamin des quartiers Nord de Marseille, en plus d’être un latéral droit de devoir, est «  un garçon de la rue » qui n’est plus vraiment lui-même dès qu’il entre sur une pelouse, comme il le confiait à Libération : « Quand je rentre sur un terrain, je suis "robotisé". » Un robot qui ressemble plus à Terminator qu’à WALL-E.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  2. #2
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #418 - John Sivebæk
    Saint-Étienne (1987-1991), Monaco (1991-1992)



    Quand il débarque en D1 avec son joli CV (vainqueur de la coupe et du championnat du Danemark avec le Vejle BK, passé par Manchester United et premier buteur du mandat de Sir Alex Ferguson, international danois), son profil de bûcheron scandinave et son blase qui va avec, John Sivebæk ne vient pas pour beurrer des tartines. Et il ne mettra pas longtemps à devenir un cadre à Sainté, qui termine au pied du podium lors de la première saison du Viking. Après les trois exercices suivants passés dans le ventre mou avec les Verts, le défenseur terminera son aventure française par une pige mitigée à Monaco, où il ne sera plus indiscutable, mais terminera vice-champion de France. Avant d'aller soulever l'Euro 1992 avec son pays, en Suède, à la surprise générale.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  3. #3
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #413 - Bruno Bellone
    Monaco (1980-1987), Cannes (1987-1988 et 1989-1990), Montpellier (1988-1989)




    Côté pile, Bruno Bellone, c’est le surnom de « Lucky Luke » en raison de sa vitesse de tir, un but en finale de l’Euro 1984, un titre de champion de France avec Monaco et un statut de révélation de l’année France Football en 1981. Côté face, c’est une carrière brisée à 28 ans à la suite de deux tacles de boucher sur sa cheville et une vie de poissard à la Pierre Richard. À l’image de son chirurgien qui a tiré au harpon dans une piscine et qui a vu la flèche taper dans la paroi avant de lui revenir en pleine tête. Ou de la princesse Grace Kelly qui est décédée dans son jardin. Autant de péripéties qui n'ont pas empêché l'homme qui jouait sans protège-tibias de réaliser une bien belle carrière.
    Dernière modification par Shun ; 17/11/2022 à 09h41.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  4. #4
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #410 - René et Pierre Pleimelding
    Nancy (1948-1952), Toulouse (1953-1957) pour René / Monaco (1974-1976), Lille (1978-1981) pour Pierre



    Deux générations de Pleimelding ont foulé les pelouses de D1. Il y a d'abord eu le père, René, solide défenseur central de Nancy puis de Toulouse, club avec lequel il a soulevé, en tant que capitaine, la Coupe de France 1957. En plus d'avoir totalisé 262 rencontres dans l'élite, « Ploum » a eu les honneurs d'une sélection en équipe de France, en 1953. Vingt-cinq ans plus tard, c'était au tour de son attaquant de fils, Pierre, d'honorer son unique cape en Bleu. Le buteur à la longue chevelure blonde a surtout sévi du côté de Lille, où il a planté 52 réalisations en trois saisons de championnat. Et si l'on ajoute que son frère, Gérard, a aussi été footballeur professionnel (faisant essentiellement parler ses qualités de finisseur en D2), on se rend compte qu'il s'agit là d'une sacrée famille.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  5. #5
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #404 - Rémy Vogel
    Strasbourg (1978-1986), Monaco (1987-1990)



    Il n'est pas celui que l'on cite en premier quand il est question d'évoquer les Strasbourgeois champions de France en 1979. Rien d'anormal à cela, puisque Rémy Vogel, âgé de 18 ans, effectue alors sa toute première saison professionnelle, se contentant de quatre apparitions en D1. Défenseur sobre et efficace, l'Alsacien reste fidèle au Racing pendant de longues années, hérite même du brassard de capitaine et n'abandonne pas le navire bleu lorsque celui-ci coule en D2, en 1986. Un an plus tard, son ancien coéquipier Arsène Wenger le convainc de venir avec lui à Monaco. En Principauté, le Strasbourgeois de naissance est associé à Patrick Battiston en charnière et s'offre un deuxième titre de champion national en 1988. Contrarié par des problèmes au dos, l'international français se retire discrètement des terrains à même pas trente ans. Il s'est éteint le 17 octobre 2016, à 55 ans. Beaucoup trop tôt, évidemment.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  6. #6
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #401 - Radamel Falcao
    Monaco (2013-2014 et 2016-2019)



    En général, quand un club est promu en première division, ce dernier ne réalise pas un recrutement trop onéreux. Enfin sauf si ce club s’appelle AS Monaco et qu’il est entre-temps passé sous pavillon russe. Dès leur retour dans l’élite à l’été 2013, les Monégasques ont donc voulu frapper fort. Et quoi de mieux que celui qui a été élu 5e du Ballon d’or et qui enquille les buts avec l’Atlético ? Et voilà comment Radamel Falcao est arrivé pour venir chatouiller Zlatan Ibrahimović. Ce qu’il a fait en marquant d’une jolie tête plongeante pour égaliser face au PSG ou en claquant un lob sublime face à l’OL. Sauf que le rêve s’est vite transformé en cauchemar après un match face aux amateurs de Chasselay en Coupe de France et un contact avec Soner Ertek - devenu ennemi public n°1 en Colombie - qui lui a coûté une rupture des ligaments croisés. Prêté respectivement à Manchester United et Chelsea après son retour de blessure, l’histoire entre Falcao et Monaco semblait terminée. D’autant plus que le Tigre n’était plus que l’ombre de lui-même. Mais c’était oublier la force de caractère et le talent de Falcao qui, brassard autour du biceps, claque une saison à 21 buts en championnat pour offrir le titre à Monaco. Avant de sauver le club de la relégation deux ans plus tard.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  7. #7
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #383 - David Trezeguet
    Monaco (1995-2000)



    Été 1995. David Trezeguet promène pour la première fois son physique filiforme sur les terrains de la Turbie. Le natif de Rouen baragouine maladroitement quelques mots en Français à un autre jeune espoir, qui a alors tout juste commencé à s’imposer en D1. Il s’appelle Thierry Henry. « La première fois que j’ai vu David arriver, on faisait un petit jeu, sur des buts assez réduits, raconte le meilleur buteur de l’histoire des Bleus. On ne savait pas qui c’était, il a pris une chasuble, et il a commencé à mettre des lucarnes. On s’est tous regardés, on se disait que c’était un coup de chance... Tu sais comment c’est, les gars, le premier jour, ils sont euphoriques... Mais là, deuxième jour, pareil. Que des lucarnes. Je m’en rappellerais toujours, Tigana s’est retourné et a dit : "Punaise, il faut qu’on le signe celui-là." » Bien pensé. Après deux saisons de post-formation et une découverte progressive de l’élite, Trezeguet commence à affoler les compteurs en 1997-1998, en plantant 18 fois en 27 matchs de championnat. La consécration arrivera néanmoins deux saisons plus tard : avec Marco Simone aligné derrière lui pour le régaler en ballons, l’avant-centre signe 22 pions en 30 rencontres de D1, s’affirmant comme l’un des grands artisans du 7e titre de champion de France de l’ASM. Désormais trop grand pour l’Hexagone, l’élégant maraudeur des surfaces s’en ira décadenasser les 16 mètres italiens en 2000, en signant à la Juventus. À Monaco, on se souviendra aussi du Franco-Argentin comme de l’un des meilleurs attaquants de l’histoire du club pour cette action en quarts de finale de C1 face à Manchester United, en 1998 : Trezeguet avait ouvert le score d’un tir subluminique. Vitesse de l’objet : 163 km/h.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  8. #8
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #374 - Roger Milla
    Valenciennes (1978-1979), Monaco (1979-1980), Bastia (1980-1984), Montpellier (1987-1989)



    L'idole du Cameroun n'aura pas toujours été prophète loin de son pays. Le Ballon d'or africain et star nationale n'a pas toujours réussi à trouver sa place en France, où il débarque par le Nord en se posant à Valenciennes sous l'impulsion des supporters qui facilitent son arrivée en lançant une opération de souscription. Mais l'histoire ne dure pas plus d'un an, Roger Milla tente sa chance à l'autre bout de l'Hexagone en passant une nouvelle saison difficile, entre blessures et statut de remplaçant, ce qui écourte son aventure azuréenne. Comment ce fin dribbleur et cet attaquant intraitable peut-il passer à côté de ses expérience françaises ? Le voilà en Corse, à Bastia, où il se montre enfin plus prolifique en marquant un peu plus de trente buts en quatre saisons, avant que les dirigeants ne soient lassés de ses allers-retours au Cameroun. Frustrant, très frustrant, surtout quand le grand Milla rebondit à l'échelon inférieur, à Saint-Étienne, une équipe face à laquelle il avait remporté la Coupe de France avec le Sporting, avec un bijou de votre serviteur. Il finira en beauté à Montpellier, le club de sa vie, selon ses mots, en tout cas celui où il s'est senti le plus à l'aise. Le monsieur Coupe du monde du Cameroun passera plus de dix ans en France et acceptera de faire une pige à la JS Saint-Pierroise avant de retourner enfiler quelques perles au pays. Il aura bien dansé, le Milla.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  9. #9
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #367 - Lilian Thuram
    Monaco (1991-1996)



    Avant de faire les beaux jours de Parme, de la Juve et du Barça, Thuthu a eu le temps de disputer plus de 150 matchs de D1, ayant été lancé par Arsène Wenger puis ayant fait partie d'une ASM qui squatta régulièrement le podium du championnat tout au long des années 1990 avec Claude Puel, Franck Dumas, Youri Djorkaeff, Emmanuel Petit, Patrick Valéry, Jean-Luc Ettori ou encore Patrick Blondeau, et une place de titulaire indiscutable en défense à partir de 1992 pour le futur champion du monde (international à partir de 1994). Le début de la consécration, pour le Guadeloupéen, qui a grandi à Fontainebleau et est arrivé sur la Côte d'Azur à ses dix-huit ans : « Ma chambre avait vue sur la mer. Je n’avais pas trop l’habitude des vacances, racontait-il pour Outre-mer La Première. [...] Quand on est arrivés à Monaco avec ma mère, c’était incroyable, c’était le paradis. » L'histoire entre Thuram et le championnat de France aurait dû reprendre en 2008, au Paris Saint-Germain, mais la détection d'une hypertrophie cardiaque chez l'ancien Monégasque en a malheureusement décidé autrement.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

  10. #10
    Leslie Nielshun Président d'honneur Avatar de Shun
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Beausoleil (06)
    Messages
    19 205
    #361 - Glenn Hoddle
    Monaco (1987-1991)



    Glenn Hoddle a déjà 29 ans quand il arrive en D1, et il n'y joue que 69 matchs. Cela lui suffit toutefois amplement pour inscrire son nom en lettres d'or dans la riche histoire de l'AS Monaco. Dès sa première saison sur le Rocher, le joueur anglais fait parler toute sa classe et donne libre cours à son génie balle au pied. Les Monégasques sont sacrés champions de France, et leur merveilleux meneur est élu meilleur joueur étranger du championnat par France Football. Il ne faiblit pas l'année suivante et, avec ses dix-huit pions, termine sur les talons de Jean-Pierre Papin au classement des buteurs. « Il est le joueur le plus talentueux avec lequel j'aie jamais travaillé, lâche même Arsène Wenger, son entraîneur à l'époque. Son contrôle était superbe et il avait un parfait équilibre. » Michel Platini, lui, est convaincu que l'homme aux 56 capes avec les Three Lions aurait eu « 150 sélections » s'il était né en France. Enfin, Jean-Luc Ettori n'y va pas par quatre chemins : « Pour nous, Glenn, c'était le bon Dieu. Il n'y a rien d'autre à dire. » Alors, on se tait. Et on se contente de saluer l'artiste.
    Label "El-Kl0chard". Pour ceux qui n'échangeraient pas un bac de lessive Omo contre deux d'Ariel.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •