Page 1 sur 3 123 Dernière >>
Affichage des résultats 1 à 10 sur 26

Discussion: Revoir un printemps

  1. #1
    Colosse du milieu Avatar de Spree
    Date d'inscription
    June 2004
    Messages
    4 176

    Revoir un printemps

    Gelsenkirchen. 18 mai 2004. C’était hier. Et pourtant c’est déjà une autre époque. Dire que les choses vont vite en football est un lieu commun. Mais à ce point ! On s’efforce de croire aux choses acquises, et tout s’envole. On aimerait tous revoir Gelsenkirchen. Pour corriger l’histoire d’abord. Histoire d’avaler, une fois pour toute, ce fond d’amertume qui traîne dans nos bouches depuis cette sale finale. Pour retrouver ces émotions et cette fierté ensuite, pour sentir tous ces yeux à nouveau se poser jalousement sur nos couleurs rouge et blanche.

    Loin de cette saison et de la gabegie qui la caractérise. Un chantier permanent. Comment faire jouer tous ces joueurs ensemble ? Le casse-tête. On a tous pesté cette année. La léthargie défensive de Maïcon, l’individualisme de Chevanton, la bêtise sauvage de Perez, la fadeur jumelle de Farnerud et de Plasil, la maladresse d’Adebayor, la fatigue de Bernardi, le physique adolescent de Saviola, les errances de Kallon. On a pesté et au milieu de nos désespérances, il y eut de belles promesses : les montées séduisantes et décisives de Maïcon, la belle audace de Chevanton, l’activité incessante de Perez, la fraîcheur technique de Farnerud et Plasil, l’envie d’Adebayor, l’âme rageuse de Bernardi, le fin toucher de balle de Saviola, le sang-froid de Kallon. Et toujours ce casse-tête : gommer les points faibles, mettre en valeur les points forts…et jouer ensemble. Comment revoir un printemps ?

    Revoir un printemps, et se souvenir de Gallardo. Furtivement. Sans le vouloir. Il y a des hasards heureux. River Plate-Estudientes. J’ai perdu la date. Et qu’importe. Une chaîne de télé légèrement confidentielle et totalement spécialisée diffuse cette affiche du championnat argentin. Gallardo est là. Il n’a pas changé. Gallardo s’amuse, tombe au sol, râle, interpelle son « agresseur », discute avec l’arbitre. Soudain, une de ses frappes frôle le poteau. Applaudissements. Soudain une de ses passes transperce la défense pour trouver son attaquant, qui n’est même plus surpris de pareille offrande, comme accoutumé au talent. Evidemment, il y a but. Evidemment, River gagne son match. Evidemment, River est leader de son championnat.
    Plan fixe sur la bouille rigolarde de Gallardo. Le commentateur fait sont travail, il commente : « et voilà un visage qu’on connaît bien en principauté ». Une petite phrase anodine qui nous est destinée. Une petite phrase qui mêle les sentiments, de la fierté à l’envie, du souvenir ému au regret rageur. Gallardo arbore un maillot blanc immaculé barré d’une diagonale rouge qui fait la singularité des tenues de River Plate et qui nous renvoie confusément à nos propres couleurs. Du rouge, du blanc, une diagonale. Est-ce qu’il nous a vraiment quitté ? Est-ce un rêve ?
    Revoir Gallardo, c’est une ouverture au printemps tant espéré. L’idée du foot est grandie. On y voit une certaine forme de simplicité. Pas du Ronaldinho. Gallardo n’a pas le dribble prétentieux, celui qui fait briller et qui fait lever les foules. Gallardo oriente, efface, anticipe. Gallardo ne fait pas dans le difficile, dans le compliqué, il facilite, il simplifie. Il donne aux autres le meilleur de lui-même. Gallardo est un génie altruiste. Gallardo c’est un physique un peu bancal, un peu rondouillard. Comme ce p’tit gamin qu’on oublie pendant la récréation, tout juste bon à faire le gardien de but. Gallardo c’est la revanche des p’tits gamins que l’on oblige à garder les buts de toutes les cours d’école du monde. Gallardo ne va pas haut, pas vite, pas fort, pas loin. Et du corps modeste jaillit le génie immense.
    Le football trouve sa plus belle expression à travers le talent facétieux et fulgurant de cet artiste surdoué. Un combattant du beau jeu, le survivant d’une certaine idée du football. Pas un football explosif et rapide. Un football, à l’image d’une bouteille de bon vin fraîchement sortie de la cave, délicatement drapé de poussières, comme marqué par le temps, offrant un bouquet d’une finesse et d’une délicatesse délicieusement remplies de saveurs puissantes et enivrantes. Des sensations que l’on poursuivra une vie durant.

    Parler de Gallardo ou de Gelsenkirchen, c’est dire les mêmes choses, c’est raconter la même histoire. Gallardo et Gelsenkirchen sont des synonymes, comme Leduc, Onnis et Hoddle pourraient l’être. Des synonymes qui expriment toute la résonance d’un printemps perdu que l’on espère voir refleurir.

  2. #2
    Night
    Guest
    Superbe post Spree et très bel hommage au dernier numéro 10 à avoir porté nos couleurs :)

  3. #3
    18ème homme Avatar de Toto
    Date d'inscription
    June 2004
    Messages
    661
    Tres bon article sur El Muneco...ou la poupée

    Par contre GELSENKIRCHEN c t bien evidement le 26 mai 2004!!! (et non le 18...)

  4. #4
    Entre à la 88ème
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    Pétaouchnok
    Messages
    1 811
    chapeau bas spree
    Ma femme n\'est pas ma meilleure partenaire sexuelle, mais elle fait très bien le ménage. (Jean-Claude Van Damme)

  5. #5
    Super Sub
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Roanne (42)
    Messages
    2 992
    joli post

    aaaahhhhh gallardo,nostalgie quand tu nous tiens !!!

  6. #6
    Colosse du milieu
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    A Coté d'Abbeville (80)
    Messages
    4 326
    Sympa a lire, merci

    mais un peu long
    Vainqueur Coppa Del Rey 2005/2006
    Vainqueur FVPA Coupe de France 2005/06
    Vainqueur de La FA CUP 2007/2008
    Finaliste Coppa Del Rey 2007/2008

  7. #7
    Entre à la 88ème Avatar de The Clash
    Date d'inscription
    July 2004
    Messages
    1 195
    Marcelo, Dado, revenez !!!! Merci de ton beau texte Spree, qui a failli me faire verser une petite larme. On n'a jamais eu de meilleur joueur pour moi sur les 20 dernières années que Gallardo. Il avait tout ce mec. Meilleur que Zidane, aucune comparaison possible avec Ronaldinho, seul peut-être Rivaldo pouvait lui arriver à la cheville à ce poste de n°10. Peut-être même bien qu'il s'agissait là du meilleur 10 depuis Platoche...

    Tout ça me rend nostalgique. Quand on se rend compte que des mecs comme Gallardo, Panucci, Klinsmann, Scifo sont passés par Monaco et quand on voit l'équipe de branques de l'heure actuelle où seuls Roma, gardien extraordinaire, Zikos, incroyable ratisseur sont à sauver (avec de gros espoirs comme Maicon et Adebayor), on ne peut que pester contre le fait que Monaco n'a jamais été qu'un club de transition...

  8. #8
    Colosse du milieu Avatar de monguilou
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    RIOM (63)
    Messages
    3 035
    Citation Envoyé par The Clash
    ...seuls Roma, gardien extraordinaire, Zikos, incroyable ratisseur sont à sauver (avec de gros espoirs comme Maicon et Adebayor)...
    On ne peut pas encenser Givet, Toto ou Evra la saison dernière et leur cracher dessus cette année. Eux aussi sont à "sauver" comme d'autres peut-être (Chevanton, Bernardi...).

    Même si une petite larme coule le long de ma joue après cet émouvant post, il faut arrêter de revenir sur le passé et les joueurs que l'on a plus. Tous les clubs de la terre peuvent avoir des regrets par rapport à une période ou un joueur donné.

    Je suis d'accord que les joueurs de cette année ne sont pas tous au niveau, que l'équipe ne tourne pas rond et ne propose pas de fond de jeux interessant.

    Mais nombreux était ceux qui critiquaient la venue de Rothen, de Roma ou d'Evra, estimant qu'ils n'avaient pas le niveau de notre club. Alors il faut aussi arrêter de critiquer le recrutement, se satisfaire de ce que l'on a et soutenir l'équipe.

    Qui sait ce qu'aurait pu donner l'équipe sans la cascade de blessures ou les compétitions internationales de l'été ?

    On peut être nostalgique du passé, mais on doit avant tout se tourner vers l'avenir !
    Champion du Monde FVPA 2018 !!! Vainqueur Europa League 2018...
    Vainqueur Trophée des Champions et Coupe de France 2015 !!
    Supporter auvergnat, et fier de l'être !
    ASM, Elan Béarnais, San Antonio Spurs, un même combat, la victoire !

  9. #9
    Coupe les citrons
    Date d'inscription
    June 2004
    Messages
    101
    Très joli post Spree, qui plus est très bien écrit... Un des rares joueurs qu'en France on associe directement à l'ASM... Aaaah, nostalgie quand tu nous tiens

  10. #10
    Star internationale Avatar de Maradona
    Date d'inscription
    July 2004
    Messages
    13 805
    Magnifique !!!
    Ce post nostalgico-romantico-technique nous rapelle parfaitement notre "poupon" si attachant...

    Ne pas s'etre apperçu de son immense talent, ne pas avoir tout fait, tout tenté, pour le faire jouer, puis pour le conserver relève pour Monsieur D. d'une faute professionelle.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •