PDA

Voir la version complète : [Joueur] Oliver BIERHOFF - Attaquant - Allemagne



Night
08/10/2009, 19h04
Fin août 2001, avec deux points pris et seulement deux buts marqués après 5 journées, l'ASM de Deschamps est en perdition.
DD veut donc renforcer son attaque et se tourne naturellement vers la Série A qu'il connait si bien.
L'heureux élu se nomme Oliver Bierhoff, en perte de vitesse avec le Milan AC le héros de l'Euro 96 compte retrouver les filets afin de ne pas perdre sa place avec la Mannschaft en vue de la Coupe du Monde 2002.




Bierhoff signe pour un an à Monaco

L'AS MONACO s'est attaché, lundi soir dans la plus grande discrétion, les services, pour une saison, d'Oliver Bierhoff, laissé libre par le Milan AC.

Le club monégasque n'a déboursé aucune indemnité de transfert pour le capitaine de l'équipe nationale d'Allemagne âgé de 33 ans, mais lui assurera un salaire de 1,2 MF net (180 000 ?) par mois. Annoncé ces derniers temps à Marseille mais aussi en Angleterre et au Portugal, Bierhoff a finalement opté pour la Principauté où il se dit ravi de travailler avec Didier Deschamps. Ce dernier, qui n'avait pas sa mine des meilleurs jours hier pour la reprise de l'entraînement à la Turbie, a précisé qu'il attendait beaucoup de ce joueur à l'état d'esprit et au professionnalisme exceptionnels. L'AS Monaco avait déjà, du temps de Jean Tigana, pensé à recruter Bierhoff. Mais l'Allemand qui évoluait à l'époque à l'Udinese (Italie) avait finalement opté au dernier moment pour le Milan AC. Parti rejoindre son équipe nationale qui prépare, à Munich, le match décisif de samedi face à l'Angleterre dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2002, Bierhoff fera connaissance avec ses nouveaux coéquipiers mardi prochain et devrait débuter en championnat le 8 septembre à l'occasion de la venue de Troyes au stade Louis-II. D'ici là, Monaco aura peut-être récupéré un milieu offensif supplémentaire (Micoud ?) et cédé quelques-uns des éléments (Bonnal et Eloi entre autres) sur lesquels Deschamps ne compte plus.

Une dizaine de jours plus tard, Bierhoff fait sa première apparition avec Monaco lors de la réception de Troyes (6e journée) et marque son premier but sous le maillot Rouge et Blanc sur une belle passe de Giuly, Monaco s'impose pour la première fois de la saison à cette occasion (2-0): Bierhoff vs Troyes (http://www.youtube.com/watch?v=lSLV2RSew-g&feature=related)

http://www.spiegel.de/img/0,1020,132242,00.jpg



Bierhoff libère Monaco

«MARQUER, ça ne s'oublie pas », avait expliqué Oliver Bierhoff lors de sa première conférence de presse en principauté. Visiblement, l'Allemand n'a pas la mémoire courte puisqu'il lui a seulement fallu cinquante minutes pour inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs.

Dans le sillage notamment de l'ancien Milanais, l'AS Monaco, vainqueur de Troyes (2-0) samedi soir, a ainsi renoué avec le succès. Ce qui ne lui était plus arrivé en championnat depuis le 14 avril dernier et une victoire 5-3 au stade Louis-II face à l'AS Saint-Etienne. Au-delà de ses indéniables qualités de buteur, Oliver Bierhoff a déjà conquis l'estime de tous ses coéquipiers par sa simplicité dans le jeu mais aussi dans la vie et son sens des responsabilités. Leader dans l'âme, l'Allemand devrait beaucoup apporter à une équipe monégasque qui avait terriblement besoin d'un vrai patron sur le terrain. Un rôle que ni Marco Simone et encore moins Christian Panucci n'ont su remplir pour diverses raisons. « Si Deschamps m'a fait venir, c'est pour marquer des buts, explique Bierhoff. Mais il m'a également demandé d'apporter toute mon expérience à cette équipe et d'en être l'un des leaders. C'est quelque chose de naturel pour moi car, partout où je suis passé, je me suis toujours impliqué à fond pour le bien de mon équipe. » Il a déjà trouvé ses marques Associé en attaque à Shabani Nonda, l'autre buteur de la soirée, l'ancien attaquant de l'Udinese et du Milan AC a immédiatement trouvé ses marques au sein du onze monégasque, aidé en cela par les nombreux « caviars » que lui ont adressé Cyril Rool et Ludovic Giuly, tous deux étincelants samedi soir. « Je pensais au départ être associé à Marco Simone mais avec Shabani, qui est un très bon joueur, ça s'est plutôt bien passé pour une première, poursuit Bierhoff. En plus, comme il parle l'allemand, notre communication est plus facile. » Seul bémol à la première soirée monégasque du nouvel attaquant de l'ASM : l'entorse à la cheville qui l'a contraint à céder sa place à vingt minutes de la fin. « Je suis assez préoccupé car cela me fait très mal, assure-t-il. De ce fait, je ne sais pas si je serai en mesure de jouer la semaine prochaine à Bordeaux. » Une seule rencontre aura, en tous les cas, permis à l'AS Monaco et à son entraîneur Didier Deschamps de se rendre compte que ce colosse allemand, âgé de 33 ans, devrait leur être sacrément utile tout au long de la saison.


On pense alors que l'ASM a tiré le bon numéro d'autant qu'Oliver marquera encore contre Sedan et Lyon (soit 3 buts lors de ses 5 premiers matchs, le ratio est prometteur).
Bierhoff vs Sedan (http://www.youtube.com/watch?v=40MlVhmRkKw) (à noter l'habituelle expulsion de Rool et la passe déc' de Wagneau Eloi :ninja:).
Bierhoff vs Lyon (http://www.youtube.com/watch?v=TbHfd7t0dRY) (cette fois c'est Cubilier le passeur décisif :ninja:² ).

http://www.spiegel.de/img/0,1020,142141,00.jpg

Malheureusement, la suite ne se passera pas sur les mêmes bases malgré deux très beaux buts en Coupe de la Ligue face à Lens et l'OM.
Face aux Sang et Or c'est une merveille de passe ciselée de papy Jugo qui trouve une surpuissante reprise de volée de Bibi, "ça sent bon le Van Basten" comme disait Charly :cool: : Bierhoff vs Lens (http://www.youtube.com/watch?v=Kuytoqi6YLM).

Face à Marseille enfin, le teuton nous donne la victoire (2-1) à quelques minutes de la fin après une belle percée du poupon conclue par une bonne patate des familles: Bierhoff vs Marseille (http://www.youtube.com/watch?v=e_QGhPcFmyU).

A la fin de la saison, Bierhoff ira finir sa carrière au Chievo Vérone.
Vraiment dommage qu'il ne soit pas venu sur le Rocher quelques années plus tôt, avec un meilleur collectif derrière lui que l'ensemble brinquebalant proposé par la Dèche il aurait pu réaliser de grandes choses...

Turtle
08/10/2009, 19h49
Oui mais quelques années auparavant, on aurait eu vraiment du mal à l'attirer.

Car, c'est marrant, il est souvent cité dans les échecs de recrutement monégasque - et il le fut - mais il faut dire et répéter à quel point ce joueur appartint longtemps au gotha du football.

Il n'avait pas l'élégance ou l'aura d'un Batistuta ou même d'un Chiesa,
mais il trustait toujours les places de meilleur buteur en Série A, championnat qui était à l'époque bien au dessus des autres. D'ailleurs Udinese était avec lui, Helveg, Amoroso, une des meilleures équipes italiennes.
C'était un vrai finisseur, extrêmement pro et bosseur. C'était assez incroyable d'arriver à l'attirer chez nous. L'aura de DD y était probablement pour bcp.

Il ouvre toutefois avec Jugovic et Raducuiu, le chapitre des "vieilles gloires" qui viennent en pré-retraite sur le Rocher; image des années 2000 qu'on veut un peu nous coller à la peau, malgré nous.

PS: Beau boulot de recherche Night.

Night
08/10/2009, 20h05
Merci Teuteule ^^


Oui mais quelques années auparavant, on aurait eu vraiment du mal à l'attirer.


Je disais cela en écho à l'article du Parisien qui parlait d'un intérêt de l'ASM du temps de Tigana pour Bierhoff quand il était encore à l'Udinese.
C'est vrai que ça aurait été compliqué pour nous mais l'aura du club était tout autre qu'aujourd'hui, passer d'Udine à Monaco était une franche progression à l'époque (et puis la venue de Klinsmann quelques années plus tôt était encore plus improbable).

L'ASM championne de France et demi-finaliste de la C3 1997, demi-finaliste à nouveau de la C1 1998 avait l'aura d'un grand club européen.
Après, on peut se dire aussi qu'une venue de Bierhoff aurait peut être freinée l'explosion de Trezeguet avec lequel il n'aurait pas été du tout complémentaire...

Turtle
08/10/2009, 20h35
Oui, je mesure bien qu'on avait un sacré pouvoir d'attraction,
et d'ailleurs Klinsmann a probablement dû militer en notre faveur,
mais le mec était destiné à Milan et Milan, dans les années 90, c'était MILAN.

Après, comme tu le dis, sur la période où on l'aurait potentiellement volé à Udine, c'était un moment où finalement, on a eu assez peu à se plaindre,
parce qu'en 97 et 2000, on a deux titres de champion, l'éclosion de Henry et Trezguet, les passages ou confirmations d'Ikpeba, Simone.

Qu'en aurait-il été avec lui?

ScarHand
08/10/2009, 20h38
On peut noter que Bierhoff a quand même reussi à être selectionné pour le mondial 2002 malgrès sa saison en demi-teinte sur le rocher.

D'ailleurs il y marquera un but contre l'Arabie Saoudite durant l'orgie allemande, 8-0.

Durant cette coupe du monde il a été le remplaçant de son propre héritier,Klose joueur qui lui ressemble beaucoup(placement intelligent,jeu aérien).

Pour moi Bierhoff c'est aussi mon premier souvenir de match de foot.
J'ai découvert le foot à la télé lors de cette finale de l'Euro 96 à Wembley et Bierhoff y planta un doublé dont le fameux but en or, le premier de l'histoire du foot.
Sympa cette rétro sur Bierhoff Nightsky;)

Night
08/10/2009, 20h57
parce qu'en 97 et 2000, on a deux titres de champion, l'éclosion de Henry et Trezguet, les passages ou confirmations d'Ikpeba, Simone.

Je pense qu'on a du penser très fort à lui après le départ d'Anderson pour le Barça...
On avait des liquidités, et on cherchait un vrai buteur (on avait d'ailleurs pris Spehar en catastrophe pour combler ce manque...).
Avec un buteur de la trempe d'Oliver en plus on n'aurait sans doute pas abandonné notre titre de champion au RC Lens (:nono: ) par exemple...




Sympa cette rétro sur Bierhoff Nightsky ;)

Merci ScarHand, content de te revoir parmi nous :fleur:

TimeBomb
09/10/2009, 04h30
Bierhoff, c'était dans le top 10 mondial à la fin des 90's, comme ScarHand j'ai encore en mémoire son splendide euro 96, il renre à 1/4h de la fin, égalise puis donne la victoire en prolongation. Kouba n'a rien pu faire.

L'Allemagne a vengé Reynald Pedros.

juan brujo
09/10/2009, 12h05
je peux vous dire que y'a eu des pets de fouf chez les brujo le jour de sa signature.

bon ça a un peu déchanté par la suite...

dans mes souvenirs y'a aussi une expulsion lors d'un match de coupe traumatisant a vesoul (qu'on gagne 3-2 sur le fil aux prolong), mais peut etre me trompe-je ?

Franck
09/10/2009, 12h51
je peux vous dire que y'a eu des pets de fouf chez les brujo le jour de sa signature.

bon ça a un peu déchanté par la suite...

dans mes souvenirs y'a aussi une expulsion lors d'un match de coupe traumatisant a vesoul (qu'on gagne 3-2 sur le fil aux prolong), mais peut etre me trompe-je ?


Effectivement, je me rappelle de ce match, je l'écoutais à la radio dans mon lit. Traumatisant effectivement, c'est le mot juste. Bierhoff a en effet été expulsé en fin de match et c'est Magic Gallardo qui nous délivre ce soir-là :love:

Pour mieux tomber en 1/4 à Nimes aux TAB je crois :rire:

Mimo
09/10/2009, 12h53
Pour mieux tomber en 1/4 à Nimes aux TAB je crois :rire:


Jy etais, mais on avait perdu avant les pénos il me semble :/

juan brujo
09/10/2009, 12h59
Jy etais, mais on avait perdu avant les pénos il me semble :/

non c'était aux tab c'est sûr, et je me rappelle que la deche avait piqué une grosse colere car pas mal de joueurs cadre de l'equipe (dont bierhoff il me semble) s'étaient défilé au moment de la séance ce qui avait amené des joueurs pas fait pour ça à tirer des pénos, style la givet ou lucas pittbull...

hugolino
09/10/2009, 16h41
C'était bien aux pénos, et dans les prolongations Gallardo, rentré en cours de jeu, (le seul bon ce soir là. Le but monégasque est marqué par Camara sur une erreur du gardien, égalisation de Chapenet sur coup franc, j'étais au match et à l'époque en tant que jeune du centre de formation de nimes j'avoue que je soutenais nimes :rire:) touche la barre. Alors que le goal est encore au sol le ballon revient sur Bierhoff qui rate la balle.

Night
10/10/2009, 09h22
A Vesoul c'est Gallardo qui nous qualifie mais avant cela Pontus nous sauve de l'humiliation en égalisant à l'ultime minute et Bibi avait planté un petit but avant son expulsion...

Feuille de match Vesoul - Monaco (http://a.s.monaco.free.fr/feuille.php?saison=2001&feuille=cf01)



Chapeau Vesoul!

Monaco est qualifié (2-3 a.p.). Didier Deschamps demeure l’entraîneur de l’ASM, et pourtant samedi au coup de sifflet final, c’est Vesoul qui a gagné. La veille déjà, la commune avait reçu le premier prix de la ville la plus sportive de France dans la catégorie des villes de moins de 20 000 habitants et, tout au long de la journée de samedi, la préfecture de Haute-Saône s’était vêtue en rouge et bleu. Tout était prêt pour une soirée de rêve avec les petits gars de CFA qui allaient se confronter aux gros mollets Monégasques.

Quand les 22 acteurs de ce match ont pénétré sur le terrain, la chaleur dégagée par l’enthousiasme des 6 000 spectateurs a fait remonter de 2 degrés la température fièrement accrochée depuis deux jours à moins 10. Bernard " l’ouvrier de la Peuge " résume l’atmosphère qui régnait sur les bancs de supporters : " Notre modestie vaut bien tous les fastes de la vie princière de ces messieurs et ce soir, le ballon est rond pour tout le monde. Que le meilleur gagne et c’est Vesoul qui va gagner. "

Il était sur le point d’avoir raison le gars de chez Peugeot, quand à l’issue d’une demi-heure de jeu Vesoul ouvrait la marque après avoir dominé largement des Monégasques en mal d’imagination ou pétrifiés par le froid. Hussein Cakir devenait déjà le héros d’un soir avec ce but. Toute la première mi-temps le onze vésulien s’est permis le luxe footbalistique de jouer à la passe à dix face à un monstre de la D1. Mais le réalisme " pro " leur sera fatal quand Biehroff, jouant des coudes dans la surface, égalisera (45e). Patricia, la figure dans les mains après ce but monégasque, tente de motiver le groupe de supporters à ses côtés : " On domine Monaco, n’est-ce pas ? "

Dès le début de la seconde mi-temps, la magie de la Coupe de France retrouve son plein effet. Ce sont des Vésuliens, transcendés par l’enjeu, qui s’attaquent à la forteresse Monégasque. Et la citadelle princière se rompt pour la seconde fois à la 69e minute avec un but de Laurent Matriciano. Le réalisme aurait voulu que les rouge et bleu s’accrochent à ce score encore quelques minutes mais samedi soir, leur générosité n’avait d’égal que la qualité de la prestation qu’ils désiraient offrir aux milliers de supporters. Ils continuèrent à se jouer des Gallardo, Camara ou Bierhoff au point que ce dernier incapable de se défaire de la charnière défensive vésulienne, finit par " péter les plombs " avant d’être invité par l’arbitre à regagner les vestiaires à la 90e minute. Cette même minute où, dans le plus grand des cafouillages, Farmerud égalise. La pendule était remise à zéro mais il restait, avec les prolongations, une demi-heure d’espoir.

Dans les tribunes, les supporters rêvaient déjà d’un Vesoul-OM et pourquoi pas d’un Vesoul-Sochaux, le grand voisin. L’espoir fut de courte durée. Physiquement marquée par 90 minutes d’efforts, l’équipe de l’USFC ne tiendra que 8 minutes devant une équipe Monégasque enfin décidée à reprendre le jeu à son initiative. Gallardo, seul dans la surface de réparation, mettra un terme au conte de fée vésulien. Les Monégasques, difficiles vainqueurs, ont voulu voir Vesoul et ils ont vu Vesoul et, devant la modeste prestation qu’ils ont fournie, Didier Deschamps entonne peut-être, discrètement, la suite de la chanson de Jacques Brel : " mais, je n’irais pas à Paris. "

Quelle belle équipe on avait cette saison-là :blush:
Malgré tout, on aurait pu remporter cette coupe de France qui était largement à notre portée vu le niveau du carré final avec Nimes, Sedan, Lorient et le Bastia de Robert Nouzaret :oh:

Lors de cette épopée on s'était aussi imposé contre la grosse formation de l'US Montagnarde Inzinzac Lochrist (http://www.youtube.com/watch?v=M7up7BauHnU) en huitièmes de finale.

Ah les bons reportages de Téléfoot...
http://www.youtube.com/watch?v=UCkJJQrm-5k

A Nîmes enfin, le seul qui avait été foutu d'inscrire un péno était le petit Carole...
Le parcours complet en Coupe de France 2001-2002 (http://a.s.monaco.free.fr/asm.php?saison=2001&cat=cf&rtn=on)

petithomme
12/10/2009, 14h18
Effectivement on perds au péno contre Nîmes cette année, j'étais en tribune et mon coeur balancé aussi des deux côtés car j'étais lycéen nimois cette année là, et j'avais un collègue de classe et d'internat qui jouait : Y. Jouffre. Le mec qui nous a fait la misère tout le match en plus, qui jouait 10 alors qu'il joue plutôt 6 ou 7 à la base. Le lendemain l'Equipe fait une page sur lui en l'annoncant comme un futur grand... Loupé! Malgré la carrière très honorable qu'il est en train de faire.

Sinon, très belle rétro Night ! Très sympa à lire.

hugolino
12/10/2009, 20h38
Le match de Jouffre cette fois là :love: